Sur Dietepense, on fait sa fête au régime hyperprotéiné

Dans un commentaire, une lectrice me posait la question, il y a quelques jours, de la suite à donner à un régime hyperprotéiné, après avoir perdu 6 kilos grâce à des sachets. Elle se disait, à juste titre, qu’elle n’allait quand même pas continuer à manger des sachets toute sa vie… C’est tout le problème du régime hyper protéiné qui est d’une efficacité redoutable à très court terme mais qui provoque des dégâts considérables à long terme…

Quel est le principe ? notre organisme repose son équilibre de fonctionnement sur 3 grandes "usines de traitement" – on dit aussi "métabolisme"- des protéines (briques de construction) / lipides (graisses) / glucides (sucres). Ces nutriments sont apportés par l’alimentation en quantité adaptée aux demandes de l’organisme, quand tout va bien…

Le régime hyperprotéiné part du principe que :

– on va faire un apport excessif en protéines pendant une période donnée. Du coup, l’organisme va devoir trouver des lipides et des sucres dans ses réserves (à savoir, dans ses réserves de graisse qu’il va retransformer en sucre)

– ça tombe bien, pour digérer les protéines, l’organisme dépense beaucoup d’énergie (35% de ce que vous avalez, juste pour les digérer…!)

– en plus, chance !, les protéines ne sont pas stockées par l’organisme : en quantité excessive par rapport aux besoins, elles sont traitées par le foie et leurs déchets sont évacués par les reins, dans l’urine.

C’est vrai que, dit comme ça, ça tient du truc miraculeux. Et pourtant…

Et pourtant, j’ai tous les jours dans mon cabinet des gens qui me racontent leur histoire et qui me signalent avoir fait un, deux ou X régimes hyperprotéinés et qui regrettent d’avoir repris tous leurs kilos et même plus. Malgré tout, ils sont tentés de recommencer : ça avait si bien marché…!

En fait, tout le problème tient dans le fait que l’organisme de l’homme n’est pas fait pour ne recevoir qu’un nutriment sur les trois indispensables, sauf situation de grande urgence. Donc à situation d’urgence, réponse d’urgence : l’organisme fait pendant le temps du régime hyper protéiné ce qu’on lui demande de faire (à savoir, s’adapter) et il est très bien conçu pour ça ; c’est même pour cette raison que l’homme n’a pas disparu de la planète malgré les grosses perturbations qu’il a traversées au cours de l’histoire de l’humanité. Sauf que… sauf que dès que la situation revient à peu près à la normale, il va chercher, lui, à anticiper un possible futur coup du sort et à reconstituer au plus vite des réserves qu’il avait et qu’il a perdu. Bien sûr, on peut stabiliser le poids après le régime hyperprotéiné, si on reste dans une restriction très importante, c’est à dire qu’on apporte juste, juste à l’organisme ce dont il a besoin à la suite de ce régime (c’est à dire sans doute moins que ce dont il avait besoin avant). Ca arrive chez certaines (rares) personnes mais ce n’est pas la majorité.

La seule manière de permettre au corps de retrouver un fonctionnement naturel, c’est de se réconcilier avec, de renouer avec ses sensations alimentaires et perdre l’inquiétude d’être privé de ce qu’on aime manger. L’idée, c’est d’ajuster au plus près l’apport alimentaire par rapport aux besoins du corps. Il faut entreprendre une sorte de rééducation alimentaire et déprogrammer l’organisme dans sa lutte contre la restriction pour lui permettre de fonctionner à nouveau normalement. Et puis, il faut aussi retrouver du plaisir dans le fait de manger, dans la convivialité ; aller prendre le plaisir ailleurs que dans l’aliment exclusivement.

C’est un chemin à prendre, une démarche à entreprendre… Ce n’est pas magique mais c’est durable et valorisant.

Une réaction sur “Sur Dietepense, on fait sa fête au régime hyperprotéiné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *