Un livre sur l’alimentation à lire absolument !

Bon, c’est vrai, le nom ne fait pas vraiment rêver… TOXIC, ça fait même carrément un peu frissonner et j’ai mis d’ailleurs du temps à me décider à le lire parce que j’avais peur de ne plus rien avoir envie de manger ou de me mettre à douter de tout après cette lecture.
La vérité m’oblige à dire que ce n’est pas joyeux, joyeux et qu’on n’est pas hyper serein quand on termine cette lecture. Cela dit, le point de vue de l’auteur est plutôt intéressant : en essayant de comprendre les causes de l’obésité galopante en Occident, son enquête l’emmène au-delà des évidences et des préjugés (la surconsommation alimentaire et la sédentarité) pour mettre en cause l’utilisation excessive d’un édulcorant qui est le sirop de glucose-fructose. Ce produit est le  fruit de la recherche américaine à une période où il fallait utiliser d’immenses stocks de maïs dont la culture était subventionnée par l’état. Comme ce produit coûte moins cher à la production que le sucre de canes (le sucre classique) et qu’il a un pouvoir sucrant plus important (il faut en mettre moins pour obtenir un goût sucré plus marqué), il a été facile de démontrer aux industriels, à commencer par Coca-Cola tout l’intérêt économique de cette substance. De fil en aiguille, 30 ans plus tard, on se retrouve avec du sirop de glucose-fructose absolument partout (regardez les étiquettes de ce que vous achetez, il y en a vraiment dans tout ce qui a un goût plus ou moins sucré : biscottes, biscuits,crèmes desserts et même dans certains produits bio…). Le problème de ce produit, c’est qu’il n’est pas assimilé par l’organisme comme le saccharose et que notre corps tolère une grande quantité de ce sirop sans manifester d’écoeurement ou de signe de surdose (genre vomissements). Des vieux salariés de Coca racontent d’ailleurs qu’avant, avec le coca sucré au saccharose, on vomissait si on essayait d’en boire un litre alors qu’aujourd’hui, on peut boire 3 litres sans aucune manifestation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *