allo docteurs

Hier après-midi, j’étais sur le plateau du journal de la Santé en compagnie de Michel Cymes, Marina Carrère d’Encausse et Benoit Thevenet pour y évoquer les peurs que l’on peut avoir de nos jours à approcher son assiette : poulets lavés à la javel, poissons bourrés de métaux lourds, viande folle ou de cheval, OGM, pertubateurs endocriniens comment fait un une fois que l’on doit passer à table ?

 

beaba4

Ces derniers mois, j’ai travaillé activement aux côtés d’une entreprise dont j’aime les valeurs, les produits et l’approche client : BEABA. Béaba, pour ceux qui n’ont pas eu de bébés dans leur vie est une entreprise française de puériculture. Le babycook ou la veilleuse lutin pour ne citer qu’eux sont des produits phares de cette marque.

Non content de permettre aux parents de nourrir sainement leurs bébés, Béaba a voulu créer une application pour mobiles et tablettes réellement utile aux parents. Des recettes, des conseils nutritionnels, des vidéos tutos, cette appli est pensée pour vous faciliter la vie et vous permettre d’offrir à votre bébé une alimentation saine et variée. Alors quand les équipes de Béaba m’ont appelée pour me demander d’être leur expert nutrition sur ce projet d’application mobile, je n’ai pas eu à hésiter bien longtemps. Tout me parlait.

Après des mois de travail en conception de recettes, écriture de conseils, astuces culinaires, tournage de vidéos des conseils, l’application est là. Disponible gratuitement pour les parents sur playstore et sur applestore.

Qu’allez vous y trouver ?

beaba1

  • des recettes donc, parfaitement équilibrées classées en fonction de l’âge du bébé et de la saison. L’appli génère même des menus pour votre semaine. Avec les recettes, mes conseils nutritions et mes conseils cuisine en vidéo. C’est ludique, simple et rapide.
  • les femmes enceintes pourront également profiter de cette appli bien avant l’arrivée de leur bébé puisque des conseils nutrition et recettes leur sont également dédiées.
  • un service après-vente pour vos objets béaba
  • vos préférences pour que votre compte soit bien paramétré
  • la boutique la plus proche si vous cherchiez un objet béaba

Je vous laisse regarder tout ça sur la vidéo de présentation de l’appli : CLIC.

Voilà, j’espère que vous apprécierez cette appli autant que j’ai apprécié travailler sur le projet. Vous pouvez ranger vos livres de cuisine et désormais dégainer vos smartphones à côté de vos babycook. Vos bébés vont se régaler.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre expérience avec l’appli et à me raconter comment vous faites pour nourrir votre bébé.

 

 

 

Pas simple d'être un enfant en surpoids, mais pas facile non plus d'être parent d'un enfant en surpoids… Comment fonctionner avec un enfant en surpoids, quelles sont les ressources, que dire ou ne pas dire ? Comment ne pas le stigmatiser ?

C'était la dernière chronique psychologie et nutrition, sur le Magazine de la Santé, sur France 5. C'est accessible à la 38ème minute et 40 secondes…

Capture d’écran 2015-01-21 à 12.21.43

 

 

 

On parlait du mythe des aliments allégés et de la pensée magique. J'ai eu 7 minutes pour déglinguer des idées reçues et des croyances (les yaourts allégés, le surimi, les jus de fruits, le soda light, le chocolat noir), pour que vous puissiez faire vos choix en connaissance de cause, pour de bonnes raisons et non pas pour satisfaire aux sirènes du marketing.

C'était en direct, sur France 5, entre 13h30 et 14h30, sur le Magazine de la santé. Vous pouvez retrouver la chronique en cliquant sur ce lien et lancer la vidéo ou en relire le contenu, mis en ligne par le site www.allodocteurs.fr

N'hésitez pas à me faire part de vos remarques, réflexions et pensées sur ce sujet. Les commentaires vous sont ouverts !

La prochaine, c'est à la même heure, lundi 12 janvier !

Capture d’écran 2015-01-05 à 18.05.09

Dans notre grande série : "à la rencontre des assistants maternels et des personnes s'occupant de personnes âgées", nous étions aujourd'hui à Blanquefort, juste à côté de Bordeaux, dont j'étais, du coup, la régionale de l'étape !

Ce grand tour de France, entamé il y a plus de 3 ans avec la CFTC Santé-Sociaux, a pour but d'offrir aux assistants maternels, aux  parents et aux personnes s'occupant de personnes âgées, un temps de sensibilisation, d'information et d'échanges autour des questions d'alimentation. Ca prend la forme d'une conférence, d'un atelier culinaire avec Laura Annaert et d'un cocktail déjeunatoire. 

Aujourd'hui, nous étions donc au Château Grattequina, dans le Médoc, à côté de Bordeaux, un château planté entre la Garonne et un immense champ. La salle possédait une grande cheminée, avec une belle flambée, juste derrière la scène. 

C'était un joli moment, pendant lequel Anne-Laure, Yasmina, Chantal, Véronique et tant d'autres, ont pu poser leurs questions, discuter entre elles, rigoler un coup, goûter, comprendre, se rassurer… C'est pour cela que j'aime autant ces moments d'échange ! Cette note est pour elles et pour toutes celles et ceux qui auraient envie de nous faire part de leurs bons trucs, de leurs adresses ou de leurs questions…

Samedi 13 décembre au matin, retrouvons-nous pour une conférence que j'animerai sur le thème : "le bien être vient en mangeant… à tout âge". La conférence sera suivie d'un atelier culinaire animé par Laura Annaert (MamanChef), et la matinée se clôturera par un cocktail déjeunatoire. L'événement se déroule au Château Grattequina, avenue de Labarde à Blanquefort. La réservation est conseillée au 01 42 58 58 89.

 

 

Invit Conf Bordeaux

 

Mardi 9 décembre, à 20h30, rencontrons-nous pour cette soirée-débat autour de la question du temps du repas.

Organisée par la Mairie de Blanquefort (Gironde), proche de Bordeaux, cette soirée est destinée aux parents d'enfants, petits et grands, et permettra à chacun de poser des questions, d'échanger des pratiques "qui marchent", de prendre un temps pour penser et parler. Nous y évoquerons les questions de la télé en mangeant, des conflits qui dérèglent les repas, des goûts et des dégoûts, de la durée du repas, de l'éducation alimentaire… Bref, des sujets qui concernent le quotidien des parents et à aborder avec un psychologue nutritionniste.

J'espère vous y rencontrer !

Entrée libre – Salle du Mascaret – 8, rue Raymond Vallet – Blanquefort

Entre pilonnage de l'industrie agro-alimentaire et recommandations scientifiques, on ne laisse pas beaucoup de place à chacun pour décider du bien-fondé de manger un produit laitier à chaque repas. Tous les jours, je vois des patients qui s'obligent à terminer leur repas par un yaourt, pour être sûrs d'avoir suffisamment de calcium, au risque d'avaler des calories, sans plaisir, sans envie et sans besoin…

Prendre du calcium, c'est bien ; le fixer, c'est mieux. Pour ça, il faut de la vitamine D, qu'on trouve en petite quantité dans les produits laitiers, certains aliments gras (c'est une vitamine qui est dissoute dans la graisse donc, logique !), mais surtout, notre corps la fabrique grâce aux rayons du soleil sur notre peau. S'exposer 1/4h par jour, dès qu'on le peut, c'est une première bonne résolution. J'en veux pour preuve que, en Suède, les taux d'ostéoporose (pathologie des os qui sont fragilisés) sont les plus importants d'Europe et pourtant les suédoises sont aussi les plus grandes consommatrices de produits laitiers. La lumière, je vous dis, la lumière…

Alors qu'au Japon où on ne consomme pas de produits laitiers (en tous cas dans l'alimentation traditionnelle), on ne tombe pas en poussière à 50 ans. Parce que du calcium, on en trouve ailleurs que dans les produits laitiers. Où ? Dans l'eau (si elle contient plus de 150 mg/L), les sardines, les langoustines, les amandes, les choux (surtout les 2 sortes de choux chinois), le tofu, le sésame. Tiens, c'est rigolo, c'est dans des produits plutôt asiatiques… 

Et puis levons l'amalgam qui est fait sur les produits laitiers : certaines personnes – c'était le cas de Rachida Brakni qui était l'invitée du Grand 8 -, ne prennent pas de lait parce qu'elles ne le supportent pas. C'est souvent à cause du sucre du lait, le lactose. Bon à savoir : il n'y a pas de lactose du tout dans le fromage. On peut donc être intolérant au lactose et manger du fromage sans problème !

Mais surtout, surtout, si on sent qu'on ne supporte pas bien les produits laitiers, qu'on ne les digère pas, il n'y a aucune raison de se forcer sous prétexte que ce serait bon pour la santé. Ecoutez-vous, mangez-en si vous sentez que vous en avez envie ou besoin mais ne vous forcez surtout pas pour de mauvaises raisons ! Libérez-vous des diktats hygiénistes de l'alimentation.