Comme je vous l’expliquais la semaine dernière, le samedi 6 février débutera le premier volet d’un stage que je vais co-animer à Bordeaux avec Maria Dantin pour se réconcilier avec son corps. Nous avons appelé ce stage Ras le bol des régimes. C’est parlant n’est ce pas ?

Et quelle meilleure façon pour vous expliquer ce que nous allons faire que de vous présenter Maria. Alors je lui ai envoyé quelques petites questions auxquelles elle a répondu avec sa chaleur naturelle et je l’en remercie. Je vous présente Maria Dantin.

Bonjour Maria, peux tu nous dire qui tu es et quel est ton métier ?

Je suis danseuse, chorégraphe, praticienne en pédagogie perceptive, mère de 5 enfants, formatrice en accompagnement de la personne dans son parcours de vie. J’ai 4 axes de travail dans mon atelier, l’accompagnement de la personne, la formation, la création, l’enseignement dans différents milieux professionnels, en groupe et en individuel. Cette multiplicité est riche d’expérience, d’apprentissage et de collaboration. J’ai besoin de ces axes pour avoir une pratique globale.

En quoi penses tu que le mouvement peut aider une personne à reprendre contact avec son corps ?

Ma connaissance ou mon expertise c’est le corps dans ses multiples dimensions, anatomique, créatif, et comme support à l’apprentissage de soi dans ses perceptions, donc sensoriel. Il me semble essentiel pour une compréhension globale que le corps prenne place dans toute démarche thérapeutique ou analytique de la personne.

Quel est ton rapport au poids ?

Comprendre comment l’on bouge et par la suite ce que raconte le mouvement de la personne est une façon nouvelle d’aborder le problème du poids, c’est une lecture corporelle avec ses zones perçues et Im perçues, et  d’interroger le rapport à l’espace.

La pleine conscience, la méditation, le bien-être sont des termes que l’on entend beaucoup, utilises tu ces techniques ? Quel bénéfice peut on en tirer ?

Oui bien sur ces techniques permettent un centrage et une prise de recul sur les émotions et une posture à la fois corporelle et attentionnelle à soi.

Peux tu raconter notre rencontre ?

Nous nous sommes rencontrées via « une amie commune » et tu es venue me présenter ton travail. Nous avons très vite travaillé sur un projet commun qui mettrait du sensoriel et du corporel à son approche de la nutrition , des effets régimes et du comportement frustrant qu’ils induisent , constatant que tes patients avaient des difficultés à sentir ou ressentir leurs états émotionnels, le travail sur le corps dans sa perception que je propose est complémentaire , je travail beaucoup en groupe,  et l’envie de ces stages est venue à nous.

Que vont faire nos stagiaires ces trois samedis ?

Les personnes vont y trouver de l’expérience, du concret, le corps ne ment pas !!! Il nous informe même … C’est une mise en situation vivante d’une « théorie « , d’un vécu, par une appropriation du corps. J’espère que les participants découvriront une nouvelle approche d’eux-mêmes  dans leurs rapports à leur alimentation …ils vont se réconcilier !

Quel conseil donnerais tu aux futurs participants au stage ?

Mon conseil c’est qu’ils viennent simplement curieux et ils aborderont le changement qui leur convient !

Merci Maria, de partager avec nous tes compétences. Si vous vouliez participer aux stages, toutes les informations sont ICI. N’hésitez pas à nous appeler pour vous inscrire.

Marre des regimes

 

laurence qui rigole

Je voudrais profiter de ce moment privilégié où l’on se souhaite le meilleur de la santé, de la joie, de l’épanouissement pour vous proposer un petit marché : et si ces bonnes résolutions, ces paroles en apparence bienveillantes répétées ad libitum chaque jour, on les oubliait un peu…

Je ne vous présente pas tous mes voeux. Je n’en ai que deux. Deux petits voeux.

Mon voeu n°1 : se souhaiter le meilleur à soi-même, et peut-être un peu moins aux autres. Lancer un processus de paix avec son corps, avec son alimentation. Plutôt que de souhaiter un poids X pour entrer dans un bikini lambda, on prend comme bonne résolution de faire une caresse chaque soir sur ce petit bourrelet là, sur le côté, mais si, vous savez, celui au dessus de la hanche, celui à qui on lance le pire des regards assassins, un regard que l’on n’oserait porter sur personne. On décide d’aller danser, d’aller nager, de se faire masser, de sentir le vent dans ses cheveux, les sables dans ses doigts, l’eau sur ses jambes. On reprend contact avec notre corps, on laisse les autres le toucher, le regarder. Les éléments le contourner.

Mon voeu n°2 : profiter de tous les plaisirs de la vie. Y compris de celui de bien manger. Et si on se disait que la culpabilité alimentaire était restée coincée en 2015 ? Enfermée pour toujours sur le dernier morceau de gâteau avalé le 31 décembre à 23h56. Alors en 2016, on profite ! On mange du chocolat en le dégustant dans une savoureuse caresse buccale. On mange de la glace ou une tranche de foie gras, du pain de seigle et du beurre avec ses huitres, du paté ou du saucisson. On chaparde le goûter des enfants quand on a faim ? Et on profite de ces moments là en les faisant durer. Pas à toute vitesse, en étant honteux et coupable, mais en savourant chaque seconde.

J’ai l’impression que si tous mes patients renouaient le contact avec leur corps et leur plaisir, loin des règles de diététique ou des diktats des interdits, alors ils avanceraient. Parce que maigrir c’est accepter de vivre avec et pour soi. Tout entier. Ame et corps. Et c’est dans cet esprit là que je continuerai à vous accompagner, à travers mes consultations, mais aussi avec des outils nouveaux, un stage, notamment, co-animé avec Maria Dantin, une thérapeute danseuse, pour comprendre comment remettre à l’équilibre son corps, sa tête et son assiette.

Bonne année à tous !

Laurence

Samedi 13 décembre au matin, retrouvons-nous pour une conférence que j'animerai sur le thème : "le bien être vient en mangeant… à tout âge". La conférence sera suivie d'un atelier culinaire animé par Laura Annaert (MamanChef), et la matinée se clôturera par un cocktail déjeunatoire. L'événement se déroule au Château Grattequina, avenue de Labarde à Blanquefort. La réservation est conseillée au 01 42 58 58 89.

 

 

Invit Conf Bordeaux