Le métier du dessinateur est d'établir des portraits robots pour la police, sur la description de témoins. Dans ce film, il pose des questions sur leur visage à des femmes qu'il n'a jamais vues et qu'il ne verra pas. A partir de leurs réponses, il établit un premier portrait. Ensuite, il répète le même exercice avec une personne qui a croisé la femme, quelques minutes avant. Il établit un deuxième portrait robot. Mis ensuite côte à côté, les portraits parlent d'eux-mêmes…

Il s'agit donc d'illustrer la distorsion de perception que chacun a de soi avec ce que les autres perçoivent. Outre le fait que ce film soit très beau et émouvant, c'est aussi une autre façon de comprendre qu'il n'y a pas pire ennemi que soi-même, avant les autres, avant la société. Le regard qui déjuge le plus sévèrement est celui qu'on porte sur soi-même. Alors, allons-y pour un peu de bienveillance, d'attention portée à soi, de valorisation. Ca regonfle l'estime de soi et ça permet de faire de son corps et de son visage des amis plutôt que des ennemis à combattre…

Merci à la marque Dove qui apporte, à travers ses films, un vrai regard et une réflexion sur la beauté, qu'aucune autre marque n'a jamais égalée !